Compléter l’action des aimants

Aucun commentaire

Comment réagiriez-vous si on vous « charcutait » un organe et que vous appreniez ensuite que vous auriez pu traiter votre problème avec une approche naturelle dont personne ne vous a parlée ? C’est pourtant ce qui arrive chaque année à des milliers de personnes avalant des produits dont les effets secondaires ne sont pas négligeables.

Loin de nous l’idée de nier la grande efficacité de la médecine moderne dans le domaine des urgences, mais force est de constater que les traitements naturels sont aussi parfois très efficaces dans nombre de troubles chroniques tels que les rhumatismes, l’insomnie…

Ainsi, vous-même, avez-vous entendu parlé de ces alternatives :

  • huiles essentielles de gaulthérie et de menthe poivrée supprimant les maux de tête (on découvre qu’Aspirine et paracétamol peuvent entraîner : ulcère, acouphènes, hémorragie, maladie de Crohn);
  • curcuma pouvant supprimer les douleurs d’arthrose ;
  • racine de bardane soignant l’acné (au lieu d’antibiotiques) ;
  • glutathion pouvant ralentir Parkinson ;
  • glutamine améliorant l’énergie musculaire ;
  • vitamine D réduisant la probabilité de cancer et d’Alzheimer ;
  • gymnema sylvestris supprimant l’envie de sucre et efficace contre le surpoids ;
  • desmodium pour protéger et soutenir le foie, etc…

Ces produits n’intéressent pas les laboratoires, car ils ne sont pas brevetables puisque leur connaissance par des peuples dit primitifs était antérieure, et ne font donc pas l’objet de dépôt de dossier médical. En conséquence ultime, ils ne sont ni enseignés aux futurs médecins durant leurs études ni promus par les visiteurs médicaux auprès des médecins installés. Solutions que votre médecin ignorera s’il ne consacre pas beaucoup de son temps à effectuer des recherches personnelles pour chacun des problèmes de ses patients.

Cet état de fait revient à condamner des dizaines de milliers de personnes à continuer à souffrir alors qu’une solution existe peut-être dans l’éventail des méthodes naturelles disponibles à travers le monde : plantes d’Amazonie, Ayur Veda indien, médecine médiévale de sainte Hildegarde, acupuncture, etc.

Parmi les médicaments les plus prescrits contre les douleurs figurent les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, bien qu’inefficaces à long terme et bien qu’agressant l’organisme. Or, il y a 22 millions de Français (un sur deux de plus de 50 ans) qui vivent avec l’équivalent d’un poignard enfoncé dans la hanche, la colonne, le genou, etc, dès qu’ils montent un escalier ou lèvent le bras pour attraper un objet sur une étagère.

Une approche non médicamenteuse, le champ magnétique des aimants, a prouvé ses effets de soulagement sur les douleurs, tout en évitant justement les effets secondaires des anti-inflammatoires sur l’estomac et les reins. Mais l’objet de ces lignes est de voir si cette efficacité peut être renforcée. Et, effectivement, trois extraits naturels ont fait la preuve qu’ils peuvent soutenir ce soulagement. Certains favorisent même la reconstitution du cartilage :

  • une étude sur 606 personnes a montré que la prise combinée de chondroïtine et de glucosamine, pendant six mois, a autant soulagé les douleurs que les anti-inflammatoires, qui plus est sans leurs effets secondaires (Combined chondroitin sulfate and glucosamine for painful knee osteoarthritis, Ann Rheum, 2014) ;
  • le MSM (méthyl-sulfonyl-méthane) a montré une réduction de plus de 80 % de la douleur et en seulement six semaines.

Donc, bien que peu connus, ces trois compléments alimentaires sont utiles et complètent bien l’action des aimants en « nourrissant » les articulations, ils agissent en synergie. De plus, on peut facilement se les procurer dans les magasins diététiques et les pharmacies.

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *