Des perturbateurs endocriniens dans l’eau

Aucun commentaire

On ingurgite sans le savoir des perturbateurs endocriniens à cause du contact de nos doigts avec les tickets de caisse, à cause de nos cosmétiques, à cause des conditionnements alimentaires… et à cause de l’eau du robinet.

Selon l’ONG Générations Futures, 50% des pesticides (ou sous produits générés par ces pesticides) qui ont conduit à déclarer des eaux du robinet non-conformes sont potentiellement perturbateurs du système endocrinien (10/01/17). Ces substances perturbent le système hormonal et peuvent générer des maladies et des anomalies (infertilité, diabète, obésité, etc), y compris chez nos descendants.

Avant 2010, dès qu’on atteignait 20% de la VMax [valeur maximale autorisée], une interdiction temporaire de consommation était décidée par le préfet. Or depuis 2010, il faut atteindre 100% de la Vmax

François Veillerette, directeur de Générations Futures

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *