04 78 25 47 47 Lundi au vendredi de 9h à 18h

L’eau du robinet, une eau potable ?

Publié par dans

1 Commentaire

Bien que l’eau du robinet n’ait pas toujours bon goût, nous sommes tous persuadé qu’elle est potable et sans risque pour la santé. En effet, nous nous disons que la DASS surveille de près les facteurs de potabilité de l’eau et que des normes très strictes imposent une certaine qualité à cette eau.

Un article de Lyon Capitale, paru en septembre 2011, affirme le contraire :

Le collectif beaujolais des usagers de l’eau lance un appel aux élus de la communauté de l’agglomération de Villefranche-sur-Soâne (CAVIL). L’objectif étant que la CAVIL porte plainte contre X afin de mettre un terme à la présence, depuis des années, de solvants chlorés dans l’eau distribuée. Le Code de la santé publique précise clairement que l’eau potable doit « ne pas nuire à la santé ». pour le collectif, il y a un risque de toxicité chronique : teneur en pesticides en dépassement, mélange d’eaux diversement polluées et révision à la hausse de la norme pour les solvants chlorés.

Lyon Capitale, septembre 2011

Elise Lucet s’alarme du taux de glyphosate présent dans les urines : eau de robinet et alimentation concernées !

Dans son émmission Cash Investigation du 17 janvier 2019, Elise Lucet aborde les danger du Glyphosate. Les résultats des analyses d’urine pratiqués sur un panel varié de personnes sont sans appel.

Les volontaires présentent une contamination par le glyphosate de 1,25 microgramme par litre (µg/l) en moyenne, soit « 12,5 fois la concentration maximale admissible pour un pesticide dans l’eau », les plus contaminés présentent jusqu’à 33 fois la norme !

Les dangers du glyphosate dans l’eau pour la santé

Le glyphosate est « irrémédiablement génotoxique » selon le profeseur Chris portier, co-auteur du rapport de l’agence de cancérologie de l’Organisation mondiale de la Santé, qui a classé le glyphosate comme cancérogène probable.

Un rapport publié en avril 2015 par Greenpeace, expose les différentes répercussions sur la santé humaine engendrées par l’utilisation des pesticides.

Les enfants sont particulièrement sensibles : chez les enfants exposés à des taux élevés in utero, des effets ont été observés sur le développement cognitif, comportemental ou des malformations. Le lien serait également fort entre le taux de leucémie chez l’enfant et la présence élevée de pesticides.

l’exposition à certains pesticides est un facteur non négligeable de contracter des maladies chroniques, des maladies neurodégénératives (maladie de parkinson, alzeimer). Les pesticides affaibliraient le système immunitaire et créeraient des déséquilibres hormonaux. Le glyphosate perturbe le système hormonal par son activité oestrogénique qui dérègle l’activité hormonale des cellules du foie humain.

Des risques non négligeables pour les générations à venir

le glyphosate peut avoir des effets néfastes sur le système reproducteur. Il détériore les membranes et l’ADN cellulaire (il est génotoxique). Ce sont donc les générations à venir qui peuvent aussi subir les effets de la présence de ce pesticide dans l’eau.

Depuis le mois d’avril, une campagne d’envergure est lancée par un collectif de l’Ariège pour porter en justice le risque sur la santé de la présence des pesticides. De nombreuses autres régions suivent dans le même esprit.

Face à un tel constat on ne pourra qu’inciter les consommateurs soucieux de leur santé et de celles de leurs proches à éviter l’eau du robinet et à acheter de l’eau en bouteille ou des systèmes de filtrations de l’eau.

Une remarque, une question ? Laissez un commentaire.




  • Nancy

    Thanks for the share!
    Nancy.R

    Répondre